Comment se forment les adhérences ?

 


Vidéo explicative de la formation des adhérences post-opératoires

© Copyright - FMC Production

 

RETRANSCRIPTION DE LA VIDEO EXPLICATIVE DE LA FORMATION DES ADHERENCES POST-OPERATOIRES:

 

« Lors d’une intervention de type viscérale, digestive ou gynécologique le péritoine est traumatisé et une réaction inflammatoire survient.

 

Dans le cas d’une cicatrisation physiologique la fibrine déposée à la surface du péritoine est dissoute par l’action d’une enzyme appelée plasmine.

 

Mais il faut savoir que durant la phase de cicatrisation le risque d’une mauvaise activité fibrinolytique peut atteindre 90%.

 

La colonisation de cette trame de fibrine par des fibroblastes et une angiogenèse peuvent aboutir à la formation de bride et adhérence. »

 

 

Les adhérences, une complication post-opératoire fréquente (Dr Sébastien Gaujoux)

 

 


Vidéo explicative des adhérences post-opératoires par le Dr Gaujoux

 

 

RETRANSCRIPTION DE LA VIDEO EXPLICATIVE DES ADHERENCES POST-OPERATOIRES PAR LE DR. GAUJOUX :

 

« Les adhérences post-opératoires c’est un phénomène de cicatrisation anormal qui se produit après une opération chirurgicale et qui va relier de façon pathologique deux organes qui étaient normalement libres. Les adhérences après les interventions, en particulier au niveau de la cavité abdominale, sont extrêmement fréquentes et surviennent dans énormément de cas, si ce n’est la quasi-totalité des cas. Au final, tout le monde est potentiellement concerné par ces adhérences, en particulier toute personne qui a été opérée du ventre. Les manifestations de ces adhérences sont très variables. Il y a beaucoup de gens qui finalement ont des adhérences et chez qui tout au long de leur vie ne se développera aucun symptôme. A l’inverse, vous avez un certain nombre de gens chez qui ces adhérences peuvent être responsable de symptômes plus ou moins invalidants, qui vont de l’infertilité, de douleurs abdominales ou pelviennes chroniques ; et qui peuvent, au pire, être responsable d’occlusions intestinales qui peuvent amener à des ré-intervention chirurgicales en urgence. Habituellement, ces adhérences ne disparaissent pas spontanément, elles peuvent évoluer, mais quand elles sont physiquement présentes, elles le restent. Dans le cadre d’une ré-intervention chez un patient qui a des adhérences ; ces adhérences peuvent être responsable de difficultés techniques qui peuvent allonger les durées opératoires et être responsables de problèmes qui sont plus ou moins compliqués à gérer pour le chirurgien. »

 

 

 

 

RETRANSCRIPTION DE LA VIDEO EXPLICATIVE DE LA FORMATION DES ADHERENCES POST-OPERATOIRES :

 

« Lors d’une intervention de type viscérale, digestive ou gynécologique le péritoine est traumatisé et une réaction inflammatoire survient.

 

Dans le cas d’une cicatrisation physiologique la fibrine déposée à la surface du péritoine est dissoute par l’action d’une enzyme appelée plasmine.

 

Mais il faut savoir que durant la phase de cicatrisation le risque d’une mauvaise activité fibrinolytique peut atteindre 90%.

 

La colonisation de cette trame de fibrine par des fibroblastes et une angiogenèse peuvent aboutir à la formation de bride et adhérence. »

 

 

RETRANSCRIPTION DE LA VIDEO EXPLICATIVE DES ADHERENCES POST-OPERATOIRES PAR LE DR. GAUJOUX :

 

« Les adhérences post-opératoires c’est un phénomène de cicatrisation anormal qui se produit après une opération chirurgicale et qui va relier de façon pathologique deux organes qui étaient normalement libres. Les adhérences après les interventions, en particulier au niveau de la cavité abdominale, sont extrêmement fréquentes et surviennent dans énormément de cas, si ce n’est la quasi-totalité des cas. Au final, tout le monde est potentiellement concerné par ces adhérences, en particulier toute personne qui a été opérée du ventre. Les manifestations de ces adhérences sont très variables. Il y a beaucoup de gens qui finalement ont des adhérences et chez qui tout au long de leur vie ne se développera aucun symptôme. A l’inverse, vous avez un certain nombre de gens chez qui ces adhérences peuvent être responsable de symptômes plus ou moins invalidants, qui vont de l’infertilité, de douleurs abdominales ou pelviennes chroniques ; et qui peuvent, au pire, être responsable d’occlusions intestinales qui peuvent amener à des ré-intervention chirurgicales en urgence. Habituellement, ces adhérences ne disparaissent pas spontanément, elles peuvent évoluer, mais quand elles sont physiquement présentes, elles le restent. Dans le cadre d’une ré-intervention chez un patient qui a des adhérences ; ces adhérences peuvent être responsable de difficultés techniques qui peuvent allonger les durées opératoires et être responsables de problèmes qui sont plus ou moins compliqués à gérer pour le chirurgien. »

Information sur les cookies
Ce site internet utilise des cookies pour vous offrir des contenus personnalisés et une navigation optimisée. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies et notre Politique de Cookies.